MENU

5e édition
Meeting Aérien
21 & 22 septembre 2024
Aéroport Sud de France Carcassonne

PILATUS P2

Le Pilatus P-2 était un avion d’entraînement, conçu par le fabricant suisse Pilatus en 1942. Il a fait son premier vol le 27 avril 1945. Il a été utilisé par les Forces aériennes suisses de 1946 jusqu’en 1981. Seuls 55 exemplaires ont été produits. C’était un monoplan à aile basse de construction mixte (métal, bois et toile) avec une roulette de queue entièrement rétractable et double commande en tandem. Pour limiter les coûts, des pièces provenaient de plusieurs anciennes machines AF suisses, par exemple des pièces du train d’atterrissage de leur Messerschmitt Bf 109. Il y avait deux séries de machines en production, un (P-2-05) non armé et le second (P-2-06) équipé pour l’entraînement aux armes d’une mitrailleuse au-dessus du moteur et de racks d’aile pour bombes légères et roquettes. Six versions ont été construites.

L’avion d’Indiana Jones !

À la fin de leur utilisation par l’armée de l’air suisse, les 48 survivants ont été vendus pour un usage civil. Il en restait une petite vingtaine en 2008, en Suisse, Allemagne, France,  au Royaume-Uni et ou aux États-Unis. Très populaires, ils ont souvent figuré sous les couleurs de la Luftwaffe dans des films ou spectacles aériens en tant qu’avion «ennemi» non identifié.

Le Pilatus P-2 apparaît dans plusieurs films, dont les célèbres « Indiana Jones et la Dernière Croisade » avec Harrison Ford et Sean Connery, ou « Les égarés », d’André Téchiné, avec Emmanuelle Béart et Gaspard Ulliel.

Le modèle présenté à Carcassonne appartient à l’association Aéro-Rétro, basée à Albon, dans la Drôme.

Ses caractéristiques :

Motorisation : moteur Argus As-410-A2, 12 cylindres en V, puissance unitaire, 465 ch.

Dimensions: envergure 11,10 m; longueur, 9,07 m;  hauteur, 2,68 m; surface alaire, 17 m2.

Masses : à vide 1 544 kg, maximale, 1 970 kg.

Performances : vitesse maximale, 320 km/h; plafond, 6 600 m; vitesse ascensionnelle, 420 m/min; rayon d’action,                560 km.

Crédit photo : Spot’Air

Tout le plateau aérien