MENU

5e édition
Meeting Aérien
21 & 22 septembre 2024
Aéroport Sud de France Carcassonne

NH 90

LE NH 90, un hélicoptère multi missions

Le NH90 (NATO Helicopter), Caïman est un hélicoptère biturbine de manœuvre et d’assaut (HMA). Il a pour mission le transport tactique de personnel ou de matériels. Il fut conçu par une coopération entre la France, l’Allemagne, l’Italie et les Pays-Bas, rejoints après le lancement du premier prototype en 2000 par le Portugal, la Finlande, la Norvège, la Suède et enfin la Belgique. Il a été fabriqué par NH Industries (consortium européen regroupant Airbus Hélicopters, AgustaWestland, Fokker)

Dédié aux missions de combat, de sauvetage et de transport, le NH90 dispose de deux heures d’autonomie avec 12 fantassins équipés au standard FELIN qu’il peut déposer à 240 km de sa base de départ (rayon d’action).

Le programme NH90 a été marqué par de nombreuses innovations technologiques comme l’emploi de matériaux composites au niveau de la structure et l’intégration de systèmes modulaires utilisant la technologie numérique. Premier appareil doté en série de commandes de vol électriques, il possède une manœuvrabilité et une agilité qui lui permettent d’assurer des missions de jour et de nuit dans des conditions météorologiques difficiles. En outre, le NH90 possède un haut niveau de sécurité.

Outre ses missions de transport tactique de personnel ( 20 personnes) et de matériels, l’hélicoptère peut également être utilisé pour les missions suivantes : SAR (Search And Rescue), évacuation sanitaire, poste de commandement héliporté et parachutage.

L’équipage est composé d’un pilote, un pilote chef de bord, un mécanicien navigant, un membre opérationnel de soute.

L’hélicoptère présenté à Carcassonne, version NH90 NFH (appelée Caïman Marine) intervient principalement à partir de bâtiments de guerre équipés de pont d’envol (frégates de défense aérienne, frégates multimissions (FREMM), porte-avions nucléaire Charles-de-Gaulle, bâtiments de projection et de commandement), de jour comme de nuit, y compris avec des conditions météorologiques défavorables, en particulier lors du décollage, grâce à la grande manœuvrabilité que lui confère ses commandes de vol électriques. Son radar Thales European navy radar (ENR) dérivé de l ‘Ocean Master lui permet de détecter des cibles jusqu’à 200 km de distance sur 360°23,24.

Les missions sont :

– la lutte anti-sous-marine. L’hélicoptère NFH met en œuvre très rapidement son sonar trempé FLASH grâce à une vitesse de treuillage de 10 m/s25, des bouées acoustiques et des torpilles MU90 ou Mark 46. Il part sur une zone de patrouille qui peut lui avoir été signalée par les détecteurs d’un bâtiment, porte-avions ou frégate. Le vol de transit se fait à 150 nœuds pendant 40 minutes pour commencer la recherche à 100 nautiques (185 km) de son bâtiment puis patrouiller pendant 3 heures et revenir à son bâtiment porteur en vol de transit. La zone sécurisée par une patrouille offre un préavis de 24 heures à la frégate porteuse avant la rencontre d’un sous-marin ou d’un navire de surface ennemi.

la lutte anti-navire par la désignation d’objectifs (navire en mer, ou cible fixe côtière) pour un tir d’Exocet MM40 Block 3c au-delà de l’horizon du bâtiment porteur et jusqu’à 97 milles nautiques (220 km) de distance. La version italienne du NFH met en œuvre le missile antinavire Marte Mk 2/S. La Marine nationale française n’a pas retenu cette option considérant que l’hélicoptère constituerait une mauvaise plateforme de tir pour les missiles Marte dont le tir l’obligerait à s’exposer aux défenses antiaériennes du bâtiment attaqué26 ;

– Mais aussi : lutte contre le terrorisme maritime ; poste de commandement héliporté ; transport de 2,5 tonnes de matériels en soute ou de 4 tonnes à l’élingue, ou d’un petit véhicule tactique ; recherche et sauvetage au combat (CSAR) ;évacuation sanitaire (jusqu’à 12 civières) ; transport de troupes (14 hommes avec leur armement) avec possibilité de leur parachutage ; le transport de personnalités.

Longueur : 19,7 m

Largeur : 4,6 m

Hauteur : 6,3 m

Diamètre rotor : 16.3 m

Masse minimum : 6900 kg

Masse maximum : 10 600 kg

Masse maximum avec charge externe : 11 000 kg

Motorisation : bimoteur RTM 322

Capacité d’emport : 1 600 kg ou 13 hommes en soute.

Performances

Distance franchissable : 450 Nm

Autonomie sans réservoirs de convoyage : 3h00

Autonomie avec réservoirs de convoyage : 5h00

 Vitesse maximale : 300 Km/h

Vitesse économique : 260 km/h

Crédit Photo : credit-dga-essais-en-vol

Tout le plateau aérien