MENU

5e édition
Meeting Aérien
21 & 22 septembre 2024
Aéroport Sud de France Carcassonne

LOCKHEED L.12 ELECTRA

LOCKHEED L.12 ELECTRA

Présentation

Le Lockheed L-12 Electra F-AZLL appartenant à Bernard Chabbert (ancien célèbre journaliste aéronautique, ancien commentateur du meeting aérien des Etoiles et des Ailes, décédé fin 2022) a été utilisé par l’US Navy comme R3O-2. Boudé par les compagnies d’apport, il fit en revanche le bonheur de l’aviation d’affaires naissante et fut utilisé par Sidney Cotton pour espionner les préparatifs militaires allemands et italiens en 1939.

L’avion de Bernard Chabbert, numéro de série 87, a été construit en 1940/41. La série avait débuté en 1936, chez Lockheed à Burbank, un faubourg du nord de Los Angeles. Il n’y a eu que 200 modèles produits, dont la moitié en version de bombardement pour l’aviation militaire des Indes Néerlandaises. Il n’en reste que neuf en état de vol  !

Voilà ce que disait le regretté Bernard Chabbert de son avion, lors d’une interview accordée à Sophie Juby, écrivaine et journaliste, spécialiste du Cap-Ferret : « C’est le seul basé en Europe. Ensuite, il est des neuf survivants celui qui a le moins volé, avec pas encore 5000 heures de vol.  Il a vécu une vie extraordinaire: à peine construit, il a été utilisé pour le tournage de « Casablanca », puis a été réquisitionné après Pearl Harbour par l’US Navy, envoyé à Londres en 42 pour servir de transport particulier pour l’état major de l’US Navy en Angleterre. Il a transporté Eisenhower lors de la première inspection aérienne des plages du débarquement en Normandie, puis a été versé à la Royal Air Force où il a servi au repérage des sous-marins allemands transitant par le canal d’Irlande. A la fin de la guerre, il a été récupéré par Sidney Cotton, un grand personnage de l’aviation britannique, qui a servi de modèle à son ami Ian Fleming pour le personnage de Bond, James Bond… Cotton, qui avait inventé le concept de reconnaissance stratégique en 1939, l’a utilisé pour certaines missions d’espionnage, jusqu’en 1952. Ensuite l’avion est devenu avion de ligne, pour une petite compagnie française basée à Cannes, Mercure. Il a volé en lignes régulières et comme transport à la demande entre la Côte d’Azur et la Corse, jusqu’à ce que Mercure ferme. Il a ensuite été récupéré par un collectionneur franco-suisse, passionné de voitures et d’avions. A sa mort, il a été temporairement la propriété d’un collectionneur français ».

Bernard Chabbert l’a acheté en 2000 : « Nous avons passé quelques années à le ramener à un standard technique correct, puis il est devenu un avion de meetings aériens, et aussi il est redevenu acteur de cinéma en jouant dans « Amelia », en Afrique du Sud, ce qui a constitué une sorte d’exploit façon années 30… Un film avec Richard Gere et Hillary Swank. Tout propriétaire d’Electra rêve de voir son avion utilisé pour rendre hommage à Amelia Earhart, l’une des femmes les plus célébres des années 30. Aviatrice, conférencière, féministe avant l’heure mais sans extrêmisme, elle a disparu en Electra lors d’une tentative de tour du monde en 1937, perdue dans le Pacifique. Elle est pour tous les aviateurs une véritable idole ! »

Selon Bernard Chabbert, « cet avion est le seul avion de transport jamais construit a n’avoir jamais été l’objet d’un Service Bulletin de l’administration américaine, la FAA, tellement il a été bien pensé et construit. L’Electra a aussi été considéré par le musée d’art moderne de Chicago comme faisant partie des dix oeuvres d’art d’origine industrielle créée au XXème siècle (et seul avion de cette sélection). C’est effectivement un chef d’oeuvre art-déco au plan de l’esthétique… »

Caractéristiques :

Longueur : 13 mètres

Huit places en cabine, dont deux pilotes.

Vitesse de croisière : 330 km/h

Autonomie : 1400 kilomètres

Lockheed 12 A Electra (F-AZLL) de Bernard Chabbert en 2003 au Salon du Bourget ©Xavier Cotton

Tout le plateau aérien