MENU

5e édition
Meeting Aérien
21 & 22 septembre 2024
Aéroport Sud de France Carcassonne

Actualités

La Marche Verte, 40 ans d’acrobaties aériennes

Connue dans le monde entier même si ses prestations à l’étranger et notamment en France sont rares, la célèbre patrouille de la Marche verte est la patrouille de démonstration de la force aérienne royale du Maroc. C’est aussi la patrouille nationale officielle du Maroc.

Par ses acrobaties et sa chorégraphie spectaculaires, elle avait enthousiasmé le public toulousain lors de la dernière édition du meeting aérien « Des étoiles et des Ailes » sur l’aéroport de Toulouse Francazal.

Elle évolue sur huit Cap 232. Les pilotes sont connus pour décoller et voler avec les avions reliés par des cordelettes habituellement utilisées par les parachutistes, en saut à ouverture automatique, pour attacher l’extrémité inférieure de la sangle d’ouverture (la « SOA », accrochée en haut dans l’avion). Lors du saut, la sangle se tend et ouvre le sac du parachute qui commence à se déployer, puis sous la traction, la cordelette se rompt, d’où l’appellation « fil à casser ». L’habileté des pilotes marocains consiste à attacher les avions, puis à décoller en formation sans casser les fils.

La patrouille a été créée en 1984, avec à sa tête Jean-Pierre Otelli. Elle fête dont ses 50 ans cette année. Son nom fait référence à la « Marche verte » effectuée le 6 novembre 1975. La Marche verte est une grande marche pacifique partie du Maroc vers le Sahara espagnol, lancée par le roi Hassan II dans le but de le récupérer. Elle mobilisa environ 350 000 volontaires civils marocains.

Au cours de son histoire, la patrouille marocaine a utilisé différents avions, dont des FFA AS-202 Bravo, et des Cap 10, 230, 231 et désormais 232.

Les aviateurs de la Marche verte effectuent plusieurs figures exceptionnelles. Outre le décollage avec les cordes, ils sont aussi les seuls à réaliser la boucle « en miroir » : une boucle effectuée par deux avions se faisant face, un en vol normal et l’autre sur le dos.

Photo Maxime Garcia, Spot’Air.